Koob de

Et si les maires gouvernaient le monde

de Benjamin R. Barber par Natacha Boric

publié le 02/09/2016

En lisant ce résumé, vous découvrirez la thèse de Benjamin Barber, professeur de sciences politiques américain. Il cherche à démontrer qu’une nouvelle forme de gouvernance internationale est possible, s’appuyant sur l'exemple de villes connectées qui forment des réseaux et représentées par les maires qui les dirigent. Ce mode de gouvernance « glocale » permettrait de dépasser la logique de concurrence souveraine des Etats-Nations.

Vous découvrirez aussi que :

- les villes sont l’échelon originel de l’organisation humaine ;

- les villes peuvent être autonomes et démontrent leurs atouts ;

- il existe des solutions locales, concrètes, face aux problèmes internationaux ;

- les villes sont amenées à évoluer grandement, au fil de la mondialisation et des avancées technologiques ;

Dans ce livre, il est illustré que « la liberté est municipale », comme l’écrivait Tocqueville dans son portrait de la démocratie américaine. Ce sont dans les villes que l’on naît, grandit, apprend et survit. La plupart des villes sont bien plus anciennes que les Etats dans lesquels elles existent aujourd’hui. Elles ont de nombreux atouts, comme promouvoir la créativité, le consensus et l’échange. Par ailleurs, il semblerait que certains de leurs défauts, comme le manque de souveraineté et d’indépendance, soient devenus les clés d’un nouveau mode de gouvernance possible. 


Biographie de l'auteur

Benjamin R. Barber est né le 2 août 1939 à New York. Après avoir obtenu le diplôme de la London School of Economics, il décroche un doctorat à la prestigieuse université d’Harvard. La renommée du politologue est croissante à travers le monde grâce notamment à plusieurs essais à succès. Il conseille même diverses personnalités politiques au premier rang desquelles figure le président Bill Clinton. Il collabore ensuite avec le gouverneur Howard Dean, candidat à la primaire démocrate de l’élection présidentielle de 2004. Sa principale théorie consiste à soutenir l’idée d’un parlement mondial des maires, considérant qu’il est nécessaire de recentrer la politique sur la société civile. Benjamin R. Barber obtient de nombreuses distinctions au fil de sa carrière et écrit régulièrement pour divers médias renommés à l’image de The Huffington Post, L’Obs, The Guardian, El Pais, Die Zeit ou The New York Times.

Commentaires :

ricardo.ponce
2017-07-03 16:46:42
Très bien, pas assez d'histoire, de références beaucoup trop globale. J'aurai aimé avoir par exemple des idées à souffler à notre maire. Comment est gérée un budget aujourd'hui...
miamidu61
2017-06-02 03:58:32
Nice idea
10211720739317553
2017-01-08 11:44:10
Idées claires et inspirantes