Koob de

The End of Power

de Moises Naim par Guillemette Allard-Bares

publié le 29/06/2016

Dans ce résumé, vous découvrirez la réalité et les conséquences de l’érosion du pouvoir dans le monde entier.

Vous découvrirez aussi que :

 - l’érosion du pouvoir limite fortement les capacités d’action de nos leaders ;

- ce phénomène se manifeste dans tous les domaines de la société ;

- il est provoqué par les profondes mutations de notre mode de vie ;

- il a pour conséquence un monde plus fragmenté et plus complexe.

Le pouvoir qu’on attribue à une fonction est souvent bien éloigné de celui qu’elle implique réellement. Hommes politiques comme grands chefs d’entreprise sont considérés comme une élite omnipotente, exerçant un énorme contrôle sur leurs domaines d’action. De leur point de vue, cependant, la réalité est tout autre. Par rapport au passé, le pouvoir est aujourd’hui très limité, diffus et volatile. Cette évolution globale a de fortes conséquences sur la prise de décision, et elle ne semble pas près de s’inverser.


Biographie de l'auteur

Moisés Naím est un éditorialiste et un écrivain vénézuélien. Il est né en Libye, le 5 juillet 1952. Après avoir étudié au sein de l'université de Caracas, Moisés Naím décroche son doctorat en sciences au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il devient ensuite professeur de stratégie d'entreprise et d'économie au sein d'une école de commerce située à Caracas, avant de devenir le doyen de cette même école. De 1989 à 1990, il est nommé ministre du Commerce et de l'Industrie au Venezuela. Suite à cette expérience politique, Moisés Naím se reconvertit en éditorialiste et chroniqueur international. Il collabore notamment avec El País, La Repubblica, The Atlantic et Slate. Spécialiste de l'économie mondiale et de la géopolitique, il publie aussi régulièrement dans The New York Times, Time ou encore Le Monde. Tout au long de sa carrière, il a écrit de nombreux livres sur ces sujets et reçu de multiples distinctions et prix : l’Ordre national du Mérite en France, l’Ordre d'Andrés Bello au Venezuela, le National Magazine Award et l’Ortega y Gasset Journalism Award, notamment.

Commentaires :