Koob de

Why Spy?: The Art of Intelligence

de Brian T. W. Stewart; Samantha L. Newbery; par Henri-Benoît Stuart

publié le 19/10/2017

En lisant ce résumé, vous apprendrez que l’espionnage est un art qui se pratique de diverses façons selon les lieux et les époques, même si des constantes existent incontestablement.

Vous apprendrez aussi que :

- les autorités américaines savaient que les Japonais se préparaient à attaquer Pearl Harbor ;

- le gouvernement américain avait également été prévenu à temps de l’imminence des attaques d’Al-Qaïda, avant le 11 septembre ;

- les opérations d’intoxication dans le domaine de l’espionnage ne datent pas d’hier ;

- l’assassinat de Sarajevo en 1914 n’a pu être rendu possible que par une mission d’espionnage préalable ;

- à ses débuts, l’Union soviétique s’est largement appuyée sur l’espionnage pour assurer sa survie ;

- le régime de Fidel Castro a dû son salut en 1961 à l’espionnage soviétique.

Pourquoi espionne-t-on ? Essentiellement, pour conquérir le pouvoir et pour le conserver, ainsi que pour gagner des conflits armés. Si l’espionnage possède certaines constantes, invariables en temps et en lieux, cette discipline n’est pas pour autant étrangère aux évolutions. Même chose pour les techniques employées, qui diffèrent d’une époque et d’un lieu à l’autre, mais qui, globalement, ne connaissent de modifications qu’à la marge. Brian Stewart, espion britannique de haute volée qui a longtemps servi en Asie, évoque tous les aspects de l’espionnage en connaissance de cause, nous faisant entrer dans un monde dont les profanes sont la plupart du temps exclus. 



Biographie de l'auteur

Brian Stewart, de son nom complet Brian Thomas Webster Stewart, est un soldat et diplomate écossais. Né le 27 avril 1922 à Edimbourg et mort le 16 août 2015, il est notamment connu pour avoir fait partie des services secrets britanniques. Durant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint l'armée avec son frère et participe notamment au débarquement en Normandie. La guerre terminée, il rejoint la fonction publique en Malaisie et devient officier des affaires chinoises. Suite à l'indépendance de la Malaisie, Brian Stewart rejoint le MI6, le service de renseignements extérieurs du Royaume-Uni. Il enchaîne ensuite les postes à haute responsabilité : consul général de Shanghai, Premier secrétaire de Kuala Lumpur ou encore chef adjoint du Secret Intelligence Service britannique. Une fois à la retraite, il partage son expérience dans de nombreux ouvrages, dont "Why Spy ?"

Commentaires :