Koob de

No Logo

de Naomi Klein par Anne-Marie Eriau

publié le 26/07/2018

En lisant ce résumé, vous découvrirez le rapport qui existe entre mondialisation, culte de l'image (branding), exploitation et non-respect des droits de l'Homme.

Vous découvrirez aussi que :

- la mondialisation a provoqué la perte de millions d'emplois ;

- la puissance des multinationales leur confère une suprématie sur les lois dans les pays où elles s'implantent ;

- les grandes marques, adeptes du branding, manipulent les jeunes pour doper leur consommation ;

- les mouvements anti-marques se développent afin de rendre un sens éthique à la mondialisation.

L'auteur dénonce ici la mondialisation. En effet, les grosses entreprises sont fières de leur présence sur le marché international, mais l'envers du décor est bien moins glorieux. Ces multinationales s'enrichissent sur la pauvreté des pays exécutants, en bafouant les lois du travail, l'écologie et la morale. Mais attention, la résistance au « logo » émerge...


Biographie de l'auteur

Naomi Klein est une auteure et journaliste canadienne. Elle est née à Montréal, le 8 mai 1970, et a fait ses études à l'université de Toronto. Naomi Klein a été journaliste à The Globe and Mail, puis rédactrice en chef de This Magazine. Considérée comme altermondialiste, la jeune femme publie le livre "No Logo" en 2000, dans lequel elle dénonce le pouvoir des multinationales. Véritable best-seller, il se vendra à plus d'un million d'exemplaires. Elle poursuit son combat contre la mondialisation, en écrivant d'autres ouvrages et en réalisant un film documentaire intitulé "The Take". Elle est en outre régulièrement publiée dans de prestigieux journaux (The Guardian, Rolling Stone, etc.) et mène de nombreux combats, notamment contre la guerre et le capitalisme et pour l'environnement. Son activisme environnementaliste lui a d'ailleurs valu de recevoir le Sydney Peace Prize, en 2016. En parallèle de son activité d'auteure, Naomi Klein est membre du conseil d'administration de 350.org, un groupe d'activistes climatiques.

Commentaires :