Koob de

Icare

de Bryan Fogel par Audrey Renault

publié le 19/12/2019

En lisant ce koob, vous apprendrez comment la Russie a orchestré un système de dopage d’État pour maximiser les résultats de ses athlètes lors des grands rendez-vous sportifs internationaux.

Vous apprendrez aussi :

  • comment l’Agence mondiale antidopage a été incapable de prévenir cette fraude opérée depuis des décennies ;

  • que la vie de Grigory Rodchenkov, témoin clé dans cette affaire, est désormais menacée ;

  • que le FSB (anciennement appelé KGB) est directement impliqué dans l’affaire ;

  • comment l’État russe continue de nier sa responsabilité dans cette affaire ;

  • que l’ensemble des résultats sportifs des dernières années sont remis en cause ;

  • que les 33 médaillés russes aux Jeux olympiques de Sotchi étaient dopés.

Et si l’ensemble des résultats sportifs de ces dernières années n’était que mensonges ? Grigory Rodchenkov, ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, témoigne et montre comment la Russie a institutionnalisé le dopage de ses athlètes. De cette manière, le pays s’est garanti des résultats sportifs positifs. Alors que la vérité est aujourd’hui malmenée à grands coups de “fake news” et autres théories du complot, “Icare rappelle l’importance des faits. Falsification de preuves, pots-de-vin, implication de Vladimir Poutine en personne… Comment l’État russe a-t-il pu duper les instances internationales pendant tant d’années ?

L’avis de Koober :

“Produit pour Netflix, Icare a reçu l’oscar du meilleur documentaire en 2018 pour son approche du dopage dans le sport contemporain. Le réalisateur Bryan Fogel porte un regard surprenant et révélateur sur la lutte antidopage, le programme du dopage russe et l’exfiltration d’un lanceur d’alerte.

À l’instar d’un thriller captivant, cette œuvre plaira aussi bien à des passionnés de sport qu’à des individus désireux de se renseigner sur l’un des plus grands scandales de l’histoire du sport.

Commentaires :

NicolasCatard
2020-06-15 10:12:49
Impressionnant, mais la Russie n’est tout de même pas intouchable. Comment est-ce que ces pratiques peuvent continuer ?